La prise de recul planifiée fait toute la difference

Tous les individus ne sont pas câblés de la même manière face à l’exercice de la prise de recul. Certains ont un esprit plus synthétique que d’autres, font plus facilement les liens entre des éléments qui semblent déconnectés, ou possèdent une plus grande capacité d’introspection.

Le contexte dans lequel on tente cette prise de recul joue également un rôle très important : il est toujours plus difficile de prendre de la hauteur sur les choses quand tout se précipite, que l’agenda est blindé et qu’on a l’impression de ne jamais pouvoir prendre le temps de réfléchir.

Sur ce point, la nature est mal faite : c’est précisément dans ces situations de saturation et d’emballement qu’on a le plus besoin d’une prise de recul, or c’est là qu’on s’en sent le moins capable. “Si tu n’as pas 5 minutes, tu as probablement besoin de 2 heures” comme le dit fort justement l’entrepreneur américain John Lee Dumas.

C’est la raison pour laquelle on doit planifier et préparer sa prise de recul. Personne ne va te donner le temps dont tu as besoin pour cette prise de recul. Et si tu attends d’être frappé par l’inspiration, tu risques d’attendre longtemps dans un quotidien à 200 à l’heure et une masse de sujets opérationnels qui t’empêchent de prendre de la hauteur.

La première chose à faire est de prendre rendez-vous… avec soi-même.

Les sessions Skype de Boss Autrement proposent d’aller plus loin : outre ton rendez-vous avec toi-même, nous allons prendre rendez-vous ensemble. Cet engagement fait toute la différence : autant on peut se trouver 1001 prétextes pour ne pas faire ce qu’on s’était promis à soi-même, autant on a plus de scrupules à ne pas honorer un rendez-vous avec une tierce personne. Prends-moi donc à témoin de ta volonté de faire le point.

Préparer sa prise de recul

Quand tu t’inscris à la session Skype de Boss Autrement, tu reçois par mail une petite trame de préparation. Pas de panique, je ne te donne pas 6 mois de boulot ! Il s’agit de quelques questions à te poser en vue de la session, pour que cette prise de recul soit la plus efficace possible.

Cette trame joue un rôle doublement important : elle va t’amener à te poser des questions que tu ne t’es peut-être pas posé depuis longtemps. La trame mettra en évidence des choses que tu as perdues de vue au fil du temps. Des contradictions qui sont peut-être apparues entre ta vision de départ et ta situation actuelle.

La trame servira ensuite à guider notre conversation sur Skype, pour faire le tour de ces éléments sans partir dans tous les sens : par souci de clarté et d’efficacité. Le but est de ressortir de cette session avec un fil conducteur, un début de prise de recul sur les choses.

Ce que la session va t’apporter, je l’espère, c’est le début d’une nouvelle habitude. Prendre conscience, ou reprendre conscience si tu l’avais oublié, de ce que peut apporter une réflexion planifiée, préparée et structurée. Mon objectif ? Te donner ou te rendre le goût de cette prise de recul, l’envie de recommencer régulièrement cet exercice indispensable.

Une prise de recul en bonne compagnie

Sans doute t’est-il déjà arrivé de partager tes soucis professionnels auprès de tes amis ou de ta famille ? Malheureusement, si aucun d’entre eux n’est chef d’entreprise, le dialogue est souvent difficile. L’image du patron dans la culture française est parfois lourde à traîner même auprès de ses proches. On se heurte quelque fois à des réactions un peu hostiles :

“Tu es patron, toi, de quoi tu te plains ?”

“C’est toi qui décide de toute façon, alors fais comme tu as envie !”

“Ah ben ça, t’as voulu prendre des responsabilités, faut assumer maintenant !”

Il est beaucoup plus productif, par expérience, de n’aborder certains sujets qu’avec d’autres entrepreneurs. C’est cliché, mais tellement vrai : il y a des problématiques que seul un autre entrepreneur peut comprendre. C’est comme ça.

Tu n’as pas forcément eu l’occasion de fréquenter dans la durée des structures comme Réseau Entreprendre, ou le club Entrepreneurs d’une école de commerce qui réunit ses anciens, ou un Centre des Jeunes Dirigeants. Toutes ces structures organisent des rassemblements d’entrepreneurs et des échanges autour de nos problématiques, et sont souvent d’une aide précieuse pour quiconque cherche une prise de recul. Mais la plupart des entrepreneurs ne sont pas dans ces structures et sont donc relativement esseulés face à leurs difficultés.

Au cours de la session Skype, on parle de patron à patron. Je comprends tes craintes, tes doutes et tes questionnements tout simplement parce que je suis passé par les mêmes étapes ou j’ai vu beaucoup d’autres entrepreneurs passer par ces étapes. Le dialogue est tout de suite plus facile, même si l’on ne se connaît pas. Dans ce cas je dirai même “PARCE QU’ON ne se connaît pas.”

Si c’est auprès de ton conjoint ou de ta conjointe que tu vides ton sac régulièrement, ce que tu conçois comme une prise de recul nécessaire devient peut-être une dose d’anxiété supplémentaire qui vient s’ajouter au quotidien familial déjà pas toujours facile quand on est chef d’entreprise. Certains questionnements du chef d’entreprise sont des étapes parfaitement normales pour tout entrepreneur, mais semblent très impressionnants vus par quelqu’un dont ce n’est pas le métier. A plus forte raison pour un conjoint qui s’inquiète énormément pour la personne qui partage sa vie.

La confidentialité, élément clé de la session

Sans doute t’est-il déjà arrivé de nouer des relations de confiance et de proximité avec le dirigeant d’une boîte chez qui tu te fournis, ou à qui tu vends, ou avec un proche collaborateur ? Il a pu ainsi t’arriver de partager tes challenges, certains doutes ou certaines difficultés avec lui ou elle. Sur le moment, ces échanges t’ont parus utiles et bienvenus. Mais à bien y repenser, tu es peut-être moins à l’aise avec ce partage d’états d’âmes. Ton interlocuteur a pu en être un peu gêné, peut-être te voit-il d’un oeil plus circonspect maintenant ?

On croise aussi des interlocuteurs très perspicaces sur des salons ou des conférences. Mais discuter de ses enjeux d’entrepreneur avec quelqu’un qui est ou sera peut-être un concurrent, n’est pas une bonne idée. Partager un peu vite certaines craintes avec son banquier, même chose.

C’est exactement à cela que remédient les sessions Skype de Boss Autrement. Je ne suis ni ton concurrent, ni ton banquier, ni un collaborateur.

La confidentialité est la règle de nos échanges, et tu ne risques aucune utilisation malveillante des propos qu’on y tient. Les occasions de parler aussi librement ne sont pas si nombreuses !

La gratuité, pas si fréquente

La session Skype de Boss Autrement est gratuite. Je ne suis pas un professionnel du conseil. Je ne vis absolument pas de Boss Autrement. Comme toi, je vis de mon entreprise : la marque de petfood Atavik, et le site e-commerce A Fond Les Gamelles.

La première conséquence comme évoqué ci-dessus, est que je suis entrepreneur comme toi et que nos échanges n’en sont que plus clairvoyants. Les quelques conseils que je peux te donner au cours de cette prise de recul, je les applique au quotidien à mon activité et au management de mes propres salariés.

La deuxième conséquence est que je n’ai absolument pas besoin de facturer des prestations de conseil. De toute façon, la session m’apporte déjà énormément car on n’a jamais fini d’apprendre sur de nouveaux secteurs, de nouveaux modèles, de nouveaux enjeux.

Par ailleurs, tous nos échanges contribuent directement ou non à améliorer et enrichir les contenus du site Boss Autrement. La session Skype est ma propre prise de recul : c’est le meilleur moyen pour moi de comprendre exactement de quoi ont besoin d’autres entrepreneurs. L’accumulation des sessions avec des chefs d’entreprise de tous horizons fait que chacun aura le plaisir de trouver sur ce site des contenus réellement pertinents, ancrés dans le concret.

Voilà, tu sais tout sur la session Skype de Boss Autrement ! On y va quand tu veux.

Clique ci-dessous pour partager !